WORKS / TEXTS / CV / PDF / CONTACT

 

 

 

Sambodrome, (March 2012)

Le festival Métis s’associe au 6b pour présenter le plasticien Raphaël Barontini et le musicien New-Yorkais Mike Ladd qui se réunissent sur un projet d'exposition commun mêlant art visuel et musique. Dans l'espace d'exposition du 6b, les deux artistes présenteront une installation monumentale sous le commissariat de Mathieu Buard.

 

by Mathieu Buard, Professeur de stylisme à l'Ecole Duperré, critique et commissaire d'expositions. {French}

 

« Caïn : Où m’emmènes-tu ?

Lucifer : Vers ce qui fut avant toi !

Le fantôme du monde, dont le tien

N’est que l’épave.

Lord Byron, Caïn

« Sambodrome » est l’événement, celui spécifique du carnaval de Rio de Janeiro au Brésil, où défilent les corporations ou écoles de Samba, dans une longue rue transversale de la ville. Comme dans une fosse, les fanfares et danseurs, pris dans la trajectoire de cette compétition, réalisent une performance animée par la puissance de la dépense des corps.

Ici, « Sambodrome » est une installation monumentale, écho et produit de la rencontre du plasticien Raphaël Barontini et du musicien New-Yorkais Mike Ladd. S’agrégent alors sur un char, un ensemble de bannières peintes et une bande sonore, strates et échos d’un monde qui a été, qui est et qui sera. Dans une perspective frontale, on assiste à la fois à la procession pour et la manifestation contre un réel qui se revendique comme un présent héroïque. L’installation se définit alors dans l’épaisseur et la confusion, dans le bruit et les mouvements haletants. Les bannières plantées dans la structure horizontale de Raphaël Barontini sont investies par le mur de sons de Mike Ladd. La discussion s’amorce sur les formes de l’exotisme pour chacun, relecture de la tradition de la représentation d’une culture, diverse et paradoxalement mondialisée, créolisée. Procession et manifestation d’un métissage qui intègre à la réalité d’une identité, d’un personnage, de paroles, les collages francs de fragments d’une multitude de références. Ces bannières, héraldiques ou blasons modernes sont les corps chantant de la partition abyssale de Mike Ladd, cherchant la médiation pour dire l’identité des origines.

Est-ce la partition du monde tel qui nous arrive, à l’aune d’un calendrier astronomique ? Est le monument des origines ?

Ce char provoque l’expérience d’une qualité et d’une intensité où la part sonore construit l’espace de l’installation et où les bannières suspendues incarnent les figures d’un carnaval. Entre relique et défilé, « Sambodrome » est un monument vivant, celui des foules excitées et des identités mêlées.

 

> Pièce sonore de 8min réalisée par Mike Ladd© pour l'installation, Clicker sur >II pour stopper la lecture.

 

 

 

 

raphaelbarontini

 

 

 

 

raphaelbarontini

 

 

 

 

raphaelbarontini

 

 

 

 

raphaelbarontini

 

 

 

 

raphaelbarontini

 

 

 

 

raphaelbarontini

 

 

 

 

raphaelbarontini

 

 

 

 

raphaelbarontini

 

 

 

 

raphaelbarontini